Galerie d'Art contemporain Pascal Lainé à Ménerbes
Depuis 1988
Galerie d'Art contemporain Pascal Lainé à Ménerbes
Art contemporain, Galerie Pascal Lainé
20 ans 25 ans 4 en liberté Alechinsky Ambrose Belaiche Binder byLéon Cara Chandon Clément Clerté Conrad Cortot Coville Culot Degottex Derval Desailly Deymier Deyrolle Dhomme Di Stali Downing Drouillet Duminil Engelman Faury Ferrer Flamine Gérard Ghez Gignoux Glasberg groupe 2005 groupe 2007 groupe 2010 groupe 2011 groupe 2013 groupe 2014 groupe 2015 groupe 2016 Guillemot Hughes Jaccaud Johnson Junglas Klasen Krellenstein La Vista Laemlé Laruelle Leconte Mitev Leydier Leyris Lindström Loeb Maar Martens Marx Meyer Monboisset Monnier Olsen Parcours de sculptures 2013 Parcours de sculptures 2017 Polge Pons Prassinos Prével Renard Roy Salles Schlumberger Segui Serrano Silvester Steffens Steiner Tapernoux Thierry Thomas Van Der Stigghel Vasarely Viard Villeglé Woodward
Hans Silvester < >

Biographie Biography Expositions Publications récentes Prix Press
Ménerbes 2014

 

 


Biographie :


Hans Silvester est né le 2 octobre 1938 à Lörrach en Allemagne. Ses parents lui offrent son premier appareil photographique pour son 14ème anniversaire et c'est donc à cet âge qu'il prendra ces premiers clichés. La photographie le passionne déjà mais ce sont les voyages qui lui donneront le goût du reportage. Après avoir obtenu un diplôme à l’école de Fribourg en 1955, il voyage à travers l’Europe, notamment en Camargue. De ce dernier lieu, il publie en 1960 un reportage légendé par des textes de Jean Giono qui lui procure un succès immédiat.
En 1962, il s’installe en Provence, dans le village de Lioux, mais continue à parcourir le monde : Amérique du Sud (pour un reportage à caractère humanitaire), États-Unis, Amérique centrale, Japon, Portugal, Égypte, Tunisie, Hongrie, Pérou, Italie, Espagne. Il rejoint l’agence Rapho en 1965 et inaugure en 1977 le premier numéro du magazine Geo avec une chronique d’un village du Pays basque.
À la fois photographe animalier sur des thématiques variées telles les pigeons, les chevaux de Camargue, les oiseaux, les chats et chiens des îles grecques, il est aussi le photographe d’une tradition singulière : la pétanque, les épouvantails, les cerfs-volants...
À partir des années 1980, Hans Silvester oriente son travail vers le militantisme environnemental. Il photographie alors tous les parcs naturels d’Europe, dénonce les ravages de la déforestation en Amazonie, publie un long reportage sur la rivière Calavon dans le Luberon sous le titre "La rivière assassinée", s’intéresse à l’exploitation de la forêt en Amérique du Nord.
Hans Silvester est un photographe à qui on doit récemment un témoignage photographique sur la vie des femmes du désert et un autre sur les peuples de la vallée de l’Omo au sud de l'Éthiopie.

 

 

__________

 



Biography:

Hans Silvester's lifelong dedication to investigating our world, capturing and promoting the most intimate, and perhaps enigmatic, of organic phenomena, has led the German-born artist down a number of career paths, including forays into journalism, philanthropy and environmental activism. Born in Lorrach, Germany in 1938, Silvester graduated from the School of Fribourg in 1955 before beginning his life as a traveler and photographer. His wide-ranging oeuvre includes studies of various regions around the world, including chronicles of France, Central America, Japan, Portugal, Egypt, Tunisia, Hungary, Peru, Italy and Spain throughout the 1960's and 1970's. In the next decade, Silvester turned his photographic eye toward Europe's nature preserves, the expansive Calavon river valley, and the ravages of deforestation in the Amazon. Silvester then moved on to the Great Indian Desert, documenting the lives of women in Rajasthan, before publishing a number of book series devoted to locations such as the colorful landscapes of Provence and the Greek Isles. Silvester's recent work features the Surma and Mursi people of the Omo Valley in southern Ethiopia, presenting the beauty of the tribes' ancient tradition of temporary body decoration. His photographs reveal the use of bright mineral paints to embellish the skin and the use of flora and fauna to fashion spectacular headpieces and body accessories. His commitment to the documentation and preservation of relatively unfamiliar earthly marvels is visible in these photographs. The artist describes his immersion into the lives and tradition of these Ethiopian tribes as an effort to "save...as much as possible of this truly living art, which is mobile, changing, subject to infinite variation, and whose constituent elements...form a link between man and nature." Through the memorialization of the vivid, yet intricate designs that adorn the faces and bodies of his subjects, Silvester strives to underscore the "the beauty and purity of nature...taken out of context, [so] you're reminded again how beautiful a seed pod, a mushroom or a flower is." It is this appreciation of beauty and penchant for cultural expression that is both exceptional in regard to the magnificent forms produced by these tribal cultures, but also exceptionally familiar, reminding the viewer of the fundamental yearning for the beautiful that unites us all. Silvester's work has been exhibited at Marlborough Gallery, New York (2010, 2009); Marlborough Gallery, Monaco (2010, 2009); and Polka Galerie, Paris, France (2009). His work is the subject of almost 50 books, including a photo essay on Camargue in 1960, a well-regarded documentation of Europe's nature preserves in 1982 and a series of books on Provence published throughout the 1990s. His most recent book is Natural Fashion: Tribal Decoration from Africa (New York: Thames and Hudson, 2008).

 

 

__________

 

 


Les maisons des BENCHS



À 600 kms au sud d’Addis-Abeba vivent les Benchs, une ethnie importante de paysans de plus de 130 000 personnes. Leur territoire est très montagneux variant entre 1 600 à 3 000 mètres d'altitude, le climat y est tropical mais très sain (peu de paludisme). Cette tribu cultive des bananes, des mangues, du café, etc... La totalité de leur territoire est cultivé ; Toutes les montagnes sont entièrement couvertes des champs et de plantations. La base de leur nourriture est le maïs et le sorgho.

Ils vivent dans des huttes construites avec du bois et de la terre mélangé avec de la bouse de vache, le toit est recouvert d’herbe. Un certains nombre de ces maisons sont peintes à l’extérieur et à l’intérieur avec des couleurs naturelles qu’ils trouvent dans les environs. La construction et les réparations se font avec l’aide des voisins. Il y a très peu de villages, ils vivent plutôt dans des maisons isolées ou en petit hameau. L’intérieur de ces huttes est très simple et se partage en deux parties ; une moitié pour la famille et l’autre pour les animaux domestiques (vaches, moutons, chèvres, poules). À l’extérieur comme à l’intérieur, on trouve des sièges et des bancs fait d’argile.

Ce sont des paysans qui produisent eux-mêmes toute leur nourriture, donc ils ont tout ce qu’il faut pour manger. Ils récoltent très peu de surplus à leurs besoins, ils ont donc très peu à vendre et c’est pour cela et à cause de leur isolement qu’ils sont tellement pauvres, le revenu par famille est au alentour de 100 dollars par an.


Les Benchs ont leur propre langue, et ceux qui parlent l’amaric (la langue officielle de l’
Éthiopie) sont peu nombreux, c’est une région où toutes les communications sont très difficiles, les déplacements ne peuvent se faire qu’à pied. A cause des montagnes, il n’y a pas de route ni même de piste dans leur territoire, sauf l’unique route nationale qui va d’Addis-Abeba à la capitale régionale Mizan, qui est l’unique ville dans le territoire des Benchs.

Depuis des siècles les Benchs sont des Chrétiens, le gouvernement
Éthiopien a fait un très grand effort pour l’éducation. La plupart des enfants vont aujourd’hui à l’école malgré les heures de marche qu’il faut parfois faire pour y parvenir. C’est très important car ainsi les enfants apprennent la langue officielle.

Le nombre d’enfants est impressionnant, toute contraception est inconnue chez les Benchs et la moyenne d’enfants par femme est au-dessus de 10.

Les maisons ne sont pas toutes décorées de peintures, au contraire, ce n’est qu’un petit nombre qui a ces décorations. Pour les trouver c’est difficile car il faut tout découvrir à pied. Ce sont les femmes et les filles qui décorent les huttes et cela avec une fantaisie incroyable, ces peintures sont fragiles et
demandent d’être renouvelées deux fois par an.

Comme ces maisons se trouvent dispersées dans les montagnes et loin de la route, cela demande un grand effort pour les trouver. Ainsi personne ne s’était jamais intéressé auparavant à la beauté de ces huttes décorées.
                                
Hans Silvester  

 

 

 

__________

 

 


Principales expositions :

  

2014 "Les maisons des Benchs" Galerie Pascal Lainé, Ménerbes, France.
  "La diversité selon Hans Silvester" Abbaye de Daoulas, France.
2013 "Painted Houses: Southern Ethiopia" Marlborough Gallery, Inc. New-York,  États-Unis.
  "Eau du sud, Eau du nord" avec Alain Gualina, Henri Kartmann, Stéphane Lecaille et Hans Silvester, Espace culturel Chabrillan, Montélimar, France.
  "4 éléments, 4 regards" avec Laurent Gayte, Alain Gualina, Jean-François Mutzig et Hans Silvester, Office de Tourisme de Gréoux-les-Bains, France.
  "Barrojectif 2013" invité d'honneur de la 14ème édition, Barro, France.
  "Enfances" avec Jean Barak, Jean-François Mutzig, Hans Silvester et Sabine Weiss, Fondation Carzou, Manosque, France.
  Invité d’honneur du 13ème Festival Européen de la Photo de Nu, Les Baux-de-Provence, France.
  Exposition au profit de l'association Badao, Atelier Yann Arthus-Bertrand, Paris, France.
2012 "Enfances" avec Jean Barak, Jean-François Mutzig, Hans Silvester et Sabine Weiss, Médiathèque Louis Aragon, Martigues, France.
  "Les peuples de l’Omo" Galerie Pome Turbil, Lyon, France.
  "4 regards sur L'air" avec Laurent Gayte, Alain Gualina, Jean-François Mutzig et Hans Silvester, Office de Tourisme de Gréoux-les-Bains, France.
"De la Provence d'hier à l'Afrique immémoriale" Château de Gordes, France.
  "Photojournalistes" 4ème Edition, Galerie de l'Instant, Paris, France.
2011 "Donga, les jeux de l'amour et de l'agilité physique" Espace Dupon, Paris, France.
  "Les peuples de l’Omo" Promenades photographiques, Vendôme, France.
  "4 regards sur le Feu" avec Laurent Gayte, Alain Gualina, Jean-François Mutzig et Hans Silvester, Office de Tourisme de Gréoux-les-Bains, France.
  "Des Forêts et des Hommes" (Fondation GoodPlanet présidée par Yann Arthus-Bertrand) Place du Palais Royal, Paris, France.
  "Donga" Galerie DNR, L'Isle-sur-la-Sorgue, France.
  "Natural Fashion: Art & the Body" Florida Museum of Photographic Arts, Tampa, États-Unis
2010/11 Marlborough Gallery, Inc. New York, États-Unis.
2010 "4 regards sur la Terre" avec Laurent Gayte, Alain Gualina, Jean-François Mutzig et Hans Silvester, Office de Tourisme de Gréoux-les-Bains, France.
2010 "Look Again" Marlborough Chelsea, New York, États-Unis.
  "Omo portraits, Ethiopie : des visages et des regards" Palais des Congrés et de la Culture, Le Mans, France.
2009/10 Illusions photographiques, Galerie Annie Lagier (L'Isle-sur-la-Sorgue) et Galerie Martagon (Malaucène), France.
Galerie Marlborough Monaco, Monté Carlo, Monaco.
2009 "Les filles de Mirabai" Galerie de l’Etrave, Thonon-les-Bains, France.
  Droit dans les yeux : l'histoire du monde en plus de 80 tirages de collection, Polka Galerie, Paris, France.
  "4 regards sur l'Eau" avec Laurent Gayte, Alain Gualina, Jean-François Mutzig et Hans Silvester, Office de Tourisme, Gréoux-les-Bains, France.
2008 "Les peuples de l'Omo" Bagiliba - 7ème festival africain, Callian, Fayence et Seillans, France.
  "Visa pour l’Image" Le Grand Rex, Paris, France.
  The Angkor Photography Festival, Angkor, Cambodge.
  Galerie La Maison-près-Bastille, Paris, France.
2007/08 Tribus de l'Omo/ Masques du Gabon, Musée de l'Hôtel-Dieu, Mantes-la-Jolie, France.
2007 Les photographes professionnels au Salon de la Photo, Paris Expo, Paris, France.
  "Les filles de Mirabai" Château de la Tour d'Aigues, France.
  "Les peuples de l'Omo" Galerie de la rue Lafayette, La Gacilly, France.
  11ème festival de la photographie de voyage et d'aventures, Honfleur, France.
  "Les peuples de l'Omo" Tour Philippe Le Bel, Villeneuve-les-Avignon, France.
2006 Festival International de la Photo Animalière et de Nature, Montier-en-Der, France.
  "Les tribus de l'Omo" Château-Musée de Boulogne-sur-Mer, France.
  "Les peuples de l'Omo" Galerie La Maison-près-Bastille, Paris, France.
2005 "Les tribus de l'Omo, Ethiopie", Centre d'Art - Fondation Jean-Paul Blachère, Apt, France.
  "Cerfs-volants" et "Ecrits du vent" Villa Tamaris Centre d'art, La Seyne-sur-Mer, France.
  "Alguien nos mira" (Collection photographique de la FNAC), MuViM, Valencia, Espagne.
2004/05 "Provence, hier, toujours" Maison René Char, L’Isle-sur-la-Sorgue, France.
2004 "Images entre histoire et poésie" (Collection photographique de la FNAC), La Conciergerie, Paris, France.

 

 

 __________

 

 



Publications récentes :


2014 Natural Fashion, Disk Union, Japon.
2013 Le Haut ailleurs d'ici de Hans Silvester et Matthieu Messagier, Editions Le Renard Pâle, Fontaine-de-Vaucluse.
  Hans liberto Omo river valley, Mureo afrobrasil Sao Paulo, Brésil.
2012 Portraits de chats de Hans Silvester et Raphaële Rives, Éditions de La Martinière, Paris.
2011 Donga : Se battre pour séduire, Éditions de La Martinière, Paris.
 
Derrière l'objectif de Hans Silvester, Éditions Hoëbeke, Paris.
  Portraits d'animaux, Éditions de La Martinière, Paris.
  Chevaux de Camargue, Éditions de La Martinière, Paris.
  Tsiganes et Gitans de Hans Silvester et Jean-Paul Clébert, Éditions de La Martinière, Paris.
2010
Fenêtre sur l'Afrique, Éditions de La Martinière, Paris.
  Un monde de Chats de Hans Silvester et Nicole Cimadoré, Éditions de La Martinière, Paris.
2009 Saint-Engrâce : La vie d'un village basque, Éditions de La Martinière, Paris.
  Éthiopie : Les peuples de l'Omo, Éditions de La Martinière, Paris.
  Chevaux de Camargue de Hans Silvester et Sophie Delavoie, Éditions de La Martinière, Paris.
2008 Décorations tribales de l'Afrique, Thames and Hudson, New York.
  Omo, Peuples et Design de Gustaaf Verswijver, Hans Silvester et Guido Gryseels, Éditions de La Martinière, Paris.
  Au gré du vent - Les cerfs volants du monde, Éditions de La Martinière, Paris.
2007 Les habits de la nature, Éditions de La Martinière, Paris.
2006 Les peuples de l'Omo, coffret 2 volumes : Du corps à l'oubli ; Entre la nature et l'homme, Éditions de La Martinière, Paris.
  C'était ailleurs de Hans Silvester et Eric Fottorinos, Éditions de La Martinière, Paris.
  Un amour de chat, Éditions de La Martinière, Paris.
2005 Les chats du soleil, Éditions de La Martinière, Paris.
2004 Arbres : Histoires de paysages en Provence, Éditions Aubanel, Paris.
  Provence terre de lavande, Éditions Aubanel, Paris.
  C'était hier de Hans Silvester, Marc Dumas et Claude Michelet, Éd. de La Martinière, Paris.
2003 Les écrits du vent, Éditions de La Martinière, Paris.
2002 L'Eau entre Ciel et Terre de Hans Silvester, Marie-France Dupuis-Tate et Bernard Fischesser, Éditions de La Martinière, Paris.
  Chevaux de Camargue, Éditions de La Martinière, Paris.
2001 Les Filles de Mirabail de Hans Silvester et Catherine Clément, Éditions de La Martinière, Paris.
  Les Cavaliers du Shekhawati de Hans Silvester et Patrica Gautier, Éd. de La Martinière, Paris.
2000 Provence terre de lavande de Hans Silvester et Christiane Meunier, Éd. de La Martinière, Paris.
  Les Chats du bonheur, Éditions de La Martinière, Paris.


 

__________

 

 


Récompenses


2012 Officier dans l'ordre national français des Arts et des Lettres.
2002 Prix du plus beau livre de l'année "L'eau, entre Ciel et Terre", Éditions de La Martinière, Paris.
1992 Prix du plus beau livre de l'année "Les peuples de l'Omo", Éditions de La Martinière, Paris.
1976 Aigle d'Or de la Foire du Livre de Nice.
1975 Médaille de Bronze à Foire du livre de Leipzig, Allemagne.


 

 

 

 


Galerie d'Art contemporain Pascal Lainé à Ménerbes