Galerie d'Art contemporain Pascal Lainé à Ménerbes
Depuis 1988
Galerie d'Art contemporain Pascal Lainé à Ménerbes
Art contemporain, Galerie Pascal Lainé
20 ans 25 ans 4 en liberté Alechinsky Ambrose Belaiche Binder byLéon Cara Chandon Clément Clerté Conrad Cortot Coville Culot Degottex Derval Desailly Deymier Deyrolle Dhomme Di Stali Downing Drouillet Duminil Engelman Faury Ferrer Flamine Gérard Ghez Gignoux Glasberg groupe 2005 groupe 2007 groupe 2010 groupe 2011 groupe 2013 groupe 2014 groupe 2015 groupe 2016 Guillemot Hughes Jaccaud Johnson Junglas Klasen Krellenstein La Vista Laemlé Laruelle Leconte Mitev Leydier Leyris Lindström Loeb Maar Martens Marx Meyer Monboisset Monnier Olsen Parcours de sculptures 2013 Parcours de sculptures 2017 Polge Pons Prassinos Prével Renard Roy Salles Schlumberger Segui Serrano Silvester Steffens Steiner Tapernoux Thierry Thomas Van Der Stigghel Vasarely Viard Villeglé Woodward
Philip Hughes < >

Bibiographie Expositions personnelles Collections publiques Expositions collectives
Ménerbes 2007  Ménerbes 2010
Ménerbes 2014

 

 

 

Philip Hughes est fasciné par le paysage, les sites et l'histoire. Fin dessinateur, son sens de la composition s'impose avec ses jeux sublimes d'équilibre, un peu comme dans une gravure, ou dans une composition japonaise. Synthétisant cartographie, dessin, peinture et photographie, son travail reflète ces différents thèmes.
Rencontre chez Philip Hughes entre expression contemporaine et tradition. Par la sobriété et la pureté de la ligne, Philip Hughes traduit admirablement toute la force du paysage.

 

  

__________

 

 

 

Les vallées de Ménerbes de 1974 à 2014



Philip Hughes grand voyageur, a toujours été fasciné par la vision aérienne des espaces et par l’esthétique des tracés vus du ciel. De l’avion, il a photographié tous types de paysage, lointains, arides et inaccessibles.
A partir de ces photographies, il a réalisé une série de toiles, aujourd’hui  exposées à Londres.
Sa recherche plastique, poursuite sans relâche de la captation du paysage, s’inscrit d’une certaine manière dans la filiation de l’Ecole paysagiste anglaise, comprise au sens large, de Constable à Hockney.
L’artiste nous livre ici un autre aspect de son travail. Il part d’un paysage rural, au pied de son atelier perché sur les hauteurs de Ménerbes, qu’il apprivoise au fil des années.
Peintre en observation, il aime renouveler, par des regards successifs, les paysages qui l’entourent. Il exerce depuis 30 ans son regard en vue verticale, du plus près au plus loin de la plaine, mais aussi en vue horizontale, du plus loin  au plus près de son atelier.
Fasciné par la terre travaillée de la main de l’homme, il ajuste ses compositions, rythmées de verticales et de diagonales.

Par effets de plongée, il traite à distance en arpenteur le paysage. Les aplats de couleurs, les lignes, les tracés rigoureux, les ondulations, se déclinent au rythme mélodieux des saisons.
Par la simplification, l’éclatement des formes ou la restitution synthétique, ses variations décoratives tendent vers une forme d’abstraction.

D’une vue horizontale, depuis la fenêtre de son atelier, il cadre un fragment du paysage, le ramasse, le relève en verticalité, tout en soulignant son effet de planéité.

Mais Philip Hughes sort aussi de son atelier.
Il s’approche du paysage, pour en retrouver le grain et l’ossature en quelques traits : gouache, pastel, aquarelle ou acrylique. Chaque technique induit un regard et une appropriation différente.
Il peint d’après nature tout en gardant une géométrie relative des plans ; un motif vient ouvrir ou fermer le paysage : un arbre, une montagne.

La couleur chez Philip Hughes est remarquable en ce qu’elle est traitée de manière inhabituelle et non naturaliste.
Qu’elle soit en aplat mat ou en touche ponctuelle, comme des notations sur certains dessins, elle joue sur des accords complexes de tons tendres mais saturés.
Par sa matérialité, elle renvoie à la teinture qui imprime la fibre : on ne peut s’empêcher de faire le lien avec ses recherches dans le domaine textile, avec notamment la conception des cartons pour le célèbre atelier de tapisserie écossais (Dovecot Studios).

Entre verticalité et horizontalité, visions proches ou lointaines, vues du Nord ou vues du Sud, Philip Hughes construit un univers pictural riche et polyforme à la fois ordonné et secret, qui trouve son origine dans la réalité agricole d’une plaine sous Ménerbes.

Malika Noui, juin 2014

 

 

__________

 

 

 

Philip Hughes : Paysages Iconiques

Depuis longtemps les œuvres de Philip Hugues ont pris leurs racines dans son amour pour les paysages, et cette exposition rassemble peintures et dessins de trois lieux qui l’on le plus intrigué et hanté : Wiltshire et Orkney en Grande Bretagne et le Vaucluse en France.
Comme beaucoup de paysagistes britanniques, les œuvres de Philip Hughes prennent d’abord leurs formes par le dessin, dont le trait à la fois sobre et sinueux reste toujours l’essence des images, même pour celle auxquelles il ajoutera ensuite de la couleur.
Si il y a un fil conducteur entre ses œuvres, c’est toujours la manière dont l’homme a fait ses marques dans le paysage. A la fois, physiquement, en érigeant de grandes collines de terres et des alignements de Menhirs, en le cultivant, et en y traçant des chemins par des symboles de couleurs, et aussi conceptuellement, en le dessinant, en dressant leurs cartes et récemment par des techniques scientifiques visualisant l’Antiquité restée enterrée.

L’intérêt de Philip pour l’Antiquité, en particulier les alignements de menhirs et les tertres de Wilsthire et Orkney nous conduisent aux origines du dessin du paysagiste britannique à la fois pictural et topographique. Les monuments préhistoriques de Grande Bretagne, "les installations artistiques datant de 5 000 ans", comme il dit, patinés et fondus au fils du temps, deviennent parties intégrantes de la nature, et lui procurent la même émotion que la Rome antique et Athènes aux romantiques.

Ces vues du Luberon et du Mont Ventoux, ce monde que Philip a observé de sa maison depuis plus de trente ans, reflète la luminosité et la couleur intense de chaque saison en France. Ici encore, quand l’homme intervient esthétiquement sur l'environnement, suscite son intérêt, comme ces balisages de couleurs sur les troncs d’arbres traçant des chemins dans le Luberon. Ces interventions sont comme celles des anciens britanniques en harmonie avec la nature, une harmonie que nous avons terriblement perdue.

Timothy Potts, Directeur du Fitzwilliam Museum, Cambridge

 

 

Philip Hughes: Iconic Landscapes

Philip Hughes’ work has long been rooted in his love of landscapes and this exhibition assembles painting and drawing from the three locations that have intrigued and haunted him most: Wiltshire and Orkney in Britain and Vaucluse in France. Like many British landscapists before him, Philip’s works first take form as drawings, and the spare, sinuous, ambling line remains always the essence of his images, even those to which he later adds colors.

If there is thread uniting these works it is the way man places his mark upon the landscape: both physically -by erecting great mounds of earth and lines of standing stones, by cultivating it, and by marking paths through it with coloured symbols; and conceptually -by drawing it, mapping it and, in recent times, by using scientific techniques to image the ancient remains still buried in the ground.

Philip’s antiquarian interests, particularly in the standing stones, ridgeways and barrows of Wiltshire and Orkney, take us back to the origins of the British landscape drawing, both picturesque and topographical. The monuments of Britain’s prehistoric past -
“the installation art of 5,000 years ago,” as he says, weathered and melted over the ages to become itself part of nature’s domain -have much the same emotive magnetism to him that ancient Rome and Athens did to the romantics.

The views of Monts Luberon and Ventoux, the world Philip has looked out on for over 30 years from his house, reflect the brighter light and dramatically coloured seasonality of France. Here again it is when man makes accidentally aesthetic interventions that his interest is drawn: the splashes of colour on tree trunks that mark the trails through the Luberon. These interventions, like those of ancient man in Britain, are of a kind that was still in balance with nature -a balance we have so spectacularly lost.

Timothy Potts
Director
The Fitzwilliam Museum
Cambridge

 

 

 __________ 

 


 

Parallèlement à mes paysages, j'ai toujours produit des oeuvres abstraites et plus particulièrement depuis que je travaille dans mon atelier de Ménerbes.
C'est pourquoi je suis heureux que cette première exposition dédiée à mon  oeuvre abstraite ait lieu à Ménerbes.

Souvent, on me demande : Comment se fait-il que tu sois à la fois un peintre  abstrait et figuratif ?

Je réponds que mes recherches sont les mêmes pour mes
œuvres abstraites que pour mes paysages : c'est l'interaction des masses colorées et le contraste du graphisme avec la couleur.
Jour après jour, abstait et figuratif s'influencent mutuellement ; et si mes
œuvres abstraites sont souvent inspirées du réel mes couleurs et les compositions exercent une abstraction dans mes paysages.
Pour aller plus loin, je pourrai donner l'exemple de peintres célèbres que j'admire particulièrement tels que Paul Klee, Gerhard Richter, ainsi que deux peintres britanniques qui m'ont depuis toujours influencé : Ben Nicholson et Roger Hilton.

Cette exposition regroupe un travail issu de ces 15 dernières années. Certaines
œuvres ont déjà été acquises, et je remercie les collectionneurs d'avoir bien voulules les prêter. La plupart sont exposées pour la première fois ici.

Philip Hughes, mai 2007

  

 

 __________

 

 

Philip Hughes, les voyages d’un peintre au long cours

Personnage aux multiples dimensions, cet Anglais de Ménerbes a d’abord fait une brillante carrière dans l’informatique. Féru de mathématiques, pointu dans l’architecture des réseaux, il a mené longtemps sa vie de peintre en parallèle, exposant avec succès à Londres, en Australie, et effectuant même un passage à la direction de la National Gallery.
Arpenteur de territoires sauvages, géographe de la peinture, attentif aux paysages, à l’histoire des lieux, baroudeur à ses heures, cet homme foisonnant, tout comme son œuvre, se laisse difficilement résumer.

Des glaces polaires à la route de l’étain

Avec l’expédition Antartica, il est parti croquer les paysages polaires dans les tempêtes de neige. Ses survols de la route de l’étain l’ont amené à sonder depuis le ciel les formes de sites archéologiques enfouis, affleurant le sol. Voilà des années aussi qu’il parcourt les combes du Luberon, déchiffrant avec des croquis, et parfois quelques mots pris sur le vif, les arêtes des falaises, les éboulis de rochers, le secret des solitudes. De ces expéditions, il tire des œuvres où le graphisme est primordial. Son vocabulaire de peintre aime le trait, la cassure, la parcelle, le cercle, éléments d’un alphabet énigmatique, tout autant que la couleur. Les toiles s’accompagnent parfois de cartes géographiques retravaillées ou de photos des lieux, qui aident à baliser les territoires de l’artiste.
A Ménerbes, il dévoile deux aspects différents de son travail, en deux expositions inaugurées dans le cadre des Rencontres des toiles, à voir jusqu’à la fin juillet.

Hommage au Luberon et œuvres abstraites

A la Maison de la truffe et du vin, une petite partie seulement de ses œuvres figuratives, en forme d’hommage au Luberon. Fruit d’expéditions dans les carrières de pierre, de moments magiques volés aux solitudes de la montagne en compagnie de l’aigle de Bonelli, mais aussi de voyages immobiles à la fenêtre, on y suit, depuis l’arrivé de Philip Hughes en Provence il y a trente ans jusqu’à nos jours, l’évolution d’un style vers un graphisme affirmé, jouant aussi avec le texte, parfois proche des BD fantastiques.
L’autre face de son œuvre, plus secrète, celle où l’attirance pour la ligne, le trait, les audaces de la couleur s’affranchit du motif pour devenir abstraite, est à voir chez Pascal Lainé.
Philip Hughes y prolonge en vibrations colorées, en émotions formelles intenses, ses voyages de peintre au long cours.

Carina Istre, La Provence du 14 juin 2007

 

 

__________

 

 


Bibiographie : 

 

1936 Born London, UK
1957 
Honours Degree, Cambridge University, UK
1957-1961
Engineer with Shell International Petroleum Company
1961-1969
Computer consultant with Scicon Limited
1969-1991 Co-founder of Logica plc, Managing Director 1969-1972, Chairman 1972-1991
1975-1976
Spent a year travelling and painting in Andean countries of South America and in Provence in South France
1987-1992 
Member of the Council of the Royal College of Art
1990-1996 Member of Board of Design Museum, London
1993
Mural commission for Quaglino’s Restaurant, London
1994
Commission for wall rugs for the headquarters of Boots plc, made by Dovecot Studios, Edinburgh, UK
1996-2003
Trustee of the National Gallery, London (1996-2000 Chairman of Board of Trustees)
1997 Lithograph illustrations for Carmen Boullosa’s epic poem The Elysian Garden: limited edition produced on site at Taller Magenta, Monterrey, Mexico
1998 Patterns in the Landscape: The Notebooks of Philip Hughes with foreward by Glen Murcutt, published by Thames & Hudson, with foreword by Glenn Murcutt
2001-2002
Visiting Artist to Antarctica with the British Antarctic Survey
2002     
Illustrated the artist’s book Jump of the Manta Ray, a long poem by Carmen Boullosa, translated by Psiche Hughes, and published by the Old School Press, UK
2003-2007 Numerous visits to the north of Scotland, the Hebrides and Orkney working towards exhibitions in Scotland, England and Australia
2008 Worked at various stone circles in England including Castlerigg and Swinside in the Lake District, Arbor Low in the Peak District and Stonehenge
2009-2010
Working in collaboration with archaeologists researching in Orkney

 

 

 

__________
 

 


Expositions personnelles :

 

1976 Parkway Focus, Londres, Royaume-Uni
1977 Angela Flowers Gallery, Londres, Royaume-Uni
1979 Galerie Cance Manguin, Ménerbes, Luberon, France
  Francis Kyle Gallery, Londres, 
1982 Francis Kyle Gallery, Londres, Royaume-Uni
1984 Francis Kyle Gallery, Londres, Royaume-Uni
1985 Galerie Cance Manguin, Ménerbes, Luberon, France
1987 Francis Kyle Gallery, Londres, Royaume-Uni
1989 Francis Kyle Gallery, Londres, Royaume-Uni
1990 Museum and Art Gallery, Inverness, Royaume-Uni
1992 Francis Kyle Gallery, Londres, Royaume-Uni
1993 La Tour des Cardinaux, L'Isle-sur-la-Sorgue, France
1994 Francis Kyle Gallery, Londres, Royaume-Uni
1995 Ambassade d'Australie, Paris, France
1997 Francis Kyle Gallery, Londres, Royaume-Uni
  Museo de Arte Contemporaneo, MARCO, Monterrey, Mexique
1998 Lesley Craze Gallery, Londres, Royaume-Uni
  Museo Rufino Tamayo, Mexico City, Mexique
  Drill Hall Gallery, Canbera, Australie
1999 Volvo Gallery, Sydney, Australie
  The George Adams Gallery, Victoria Arms Centre, Melbourne, Australie
2000 Francis Kyle Gallery,Londres, Royaume-Uni
  Artotèque, Luberon, Vaucluse, France
  The Tate Gallery, St Ives, Cornwall, Royaume-Uni
2001 The Victoria and Albert Museum, Londres, Royaume-Uni
  University of Lecce : Memmo Gallery, Lecce, Italy
2002 Musée du Chântillonais, Châtillon-sur-Seine, France
  Drill Hall Gallery, Canberra, Australie
2003 Francis Kyle Gallery, Londres, Royaume-Uni
2004 Star Gallery, Lewes, Sussex, Royaume-Uni
2005 Watermill Gallery, Aberfeldy,  Royaume-Uni
  Rex Irwin Art Dealer, Sydney, Australie
2007 Francis Kyle Gallery, Londres, Angleterre
  Galerie Pascal Lainé, Ménerbes, France
  Maison de la Truffe et du Vin du Luberon, Ménerbes, France
2008 Drill Hall Gallery, Canberra, Australie
  Rex Irwin Gallery, Sydney, Australie
  Charleston, Sussex, Royaume-Uni
  The Pier Arts Centre, Stomness, Orkney, Royaume-Uni
2010 Francis Kyle Gallery, Londres, Royaume-Uni
  Galerie Pascal Lainé, Ménerbes, France  
2012 Brighton Museum & Art Gallery, Royaume-Uni  
  Francis Kyle Gallery, Londres, Angleterre  
  Cromarty Arts Trust, Royaume-Uni  
  Pier Arts Centre, Stromness, Royaume-Uni  
  Watermill Bookshop and Gallery, Aberfeldy, Royaume-Uni  

Stirling University, Royaume-Uni  
  Salisbury & South Wiltshire Museum, Royaume-Uni  
2014 Galerie Pascal Lainé, Ménerbes, France  
  Coastlines Jerwood Gallery, Hastings, Royaume-Uni  
2015 Rivers University of Kent, Royaume-Uni  
     

 

 

 

__________

 

 


Collections publiques :

The British Library, London, UK
The British Museum, London, UK
The Victoria and Albert Museum, London, UK
The UK Government Collection, UK
Clare College, Cambridge, UK
Musee du Chatillonais, Chatillon-sur-Seine, France
The National Gallery, Canberra, Australia
The City Library, New York, USA
Columbia University, New York, USA
The Library of Congress, Washington DC, USA
The Museum of Fine Arts, Houston, USA
The University of Iowa, USA
The University of Georgia, USA
Washington University, St Louis, USA

Numerous Corporate and Private Collections in the UK, France, the Netherlands, USA, Australia.

 

 

__________

 

 


Expositions collectives (2 artistes) :

 

1972 The Monks Gallery, Sussex, UK (together with Beryl Bainbridge)
1976 Francis Kyle Gallery, London, UK (together with Fay Godwin)
1992 Lesley Craze Gallery, London, UK (together with Francis Bendixon)
2002 Sherman Galleries, Sydney, Australia (together with Philip Wolfhagen)
2003 Churchill College, Cambridge, UK (together with Keith Grant)
2004 Château La Nerthe, Châteauneuf-du-Pape, France (together with Antoine Poncet)

 


Expositions collectives (sélection) :

 

1969
Aldeburgh Festival, UK
1970-1976
Artists for Vietnam, London, UK
1974 Angela Flowers Gallery, London, UK
1976 Thumb Gallery, London, UK
1981 La Roche Gallery, London, UK
  Acme Gallery, London, UK
1982 Seven Dials Gallery, London, UK
  Hôtel de Ville, Bonnieux, Luberon, France
1983 Pintura Britanica Contemporanea, Museo Municipal, Madrid, Spain
  Angela Flowers Gallery, London, UK
1985 Royal Festival Hall, London, UK
1986 Museum and Art Gallery, Swindon, UK, UK
1988 Francis Kyle Gallery, London, UK
  Mount House Gallery, Marlborough, UK
  Camden Arts Centre, London, UK
  The London Group, Royal College of Art, London, UK
1991 Francis Kyle Gallery, London, UK
  Sotheby's, London, UK
  Eddie Glastra Gallery, Sydney, Australia
1992 Beardsmore Gallery, London, UK
  Galerie Jaquester, Paris, France
  Art-Asia Conference, Hong Kong
1993 Francis Kyle Gallery, London, UK
  Art '93, Contemporary Art Fair, London, UK
  Lesley Craze Gallery, London, UK
1994 Francis Kyle Gallery, London, UK
  Royal Society of Arts, London, UK
  Lesley Craze Gallery, London, UK
1995 Francis Kyle Gallery, London, UK
  John Jones Gallery, London, UK
1997 Sotheby's, London, UK
  Royal Academy Summer Exhibition, London, UK
1999 Rex Irwin Gallery, Sydney, Australia 
  The Prince of Wales's Institute of Architecture, London, UK
2000 Rex Irwin Gallery, Sydney, Australia 
  The Museum of Fine Arts, Houston, USA
2001 'Trentside' at Djanogly Art Gallery, Nottingham, UK
2003 Francis Kyle Gallery, London, UK
2004 Lesley Craze Gallery, London, UK
2005 Francis Kyle Gallery, London, UK
2006 Francis Kyle Gallery, London, UK
2007 Nature In Art Museum and Art Gallery, Gloucester, UK 
2011 Galerie Gimpel & Müller, Paris, France (avec Chris Drury et Nicolas de Staël)
2012 'Landscapes of Exploration' Peninsula Arts Gallery, Plymouth
  'Antarctica' Drill Hall Gallery ANU, Canberra Australia
2013 'Landscapes of Exploration' Scott Polar Institute, Cambridge, UK
  'Jumping for Joyce' Francis Kyle Gallery, London, UK
2014 '30 years in the making' Lesley Craze Gallery, London, UK
2015 'Landscapes of Exploration' The Gallery at Arts University Bournemouth, UK
2016 'Dungeness', Studio 3 Gallery, University of Kent, Canterbury, UK (avec Psiché Hughes)

 

 

 

► Philip Hughes: The Light of the Luberon

 

 

 

 

 

 


Galerie d'Art contemporain Pascal Lainé à Ménerbes