Galerie d'Art contemporain Pascal Lainé à Ménerbes
Since 1988
Galerie d'Art contemporain Pascal Lainé à Ménerbes
Art contemporain, Galerie Pascal Lainé
20 ans 25 ans 4 en liberté Alechinsky Ambrose Belaiche Binder byLéon Cara Chandon Clément Clerté Conrad Cortot Coville Culot Degottex Derval Desailly Deymier Deyrolle Dhomme Di Stali Downing Drouillet Duminil Engelman Faury Ferrer Flamine Gérard Ghez Gignoux Glasberg groupe 2005 groupe 2007 groupe 2010 groupe 2011 groupe 2013 groupe 2014 groupe 2015 groupe 2016 Guillemot Hughes Jaccaud Johnson Junglas Klasen Krellenstein La Vista Laemlé Laruelle Leconte Mitev Leydier Leyris Lindström Loeb Maar Martens Marx Meyer Monboisset Monnier Olsen Parcours de sculptures 2013 Parcours de sculptures 2017 Polge Pons Prassinos Prével Renard Roy Salles Schlumberger Segui Serrano Silvester Steffens Steiner Tapernoux Thierry Thomas Trace de poète 2013 Van Der Stigghel Vasarely Viard Villeglé Woodward
Michèle Gignoux < >

Principales expositions Editions - Productions Vidéo La fin du franc Avignon 2002

 

 

Gignoux (Michèle) Peintre, designer, créateur de mode française (1944).
Elle se qualifie elle-même d'artiste "pop romantique". En 1967, elle invente le Cube photo,réalisé en Plexiglas et édité par Bac Design.
En 1989, elle crée les chaises Vertiges en Formica et couleurs fluorescentes, présentées dans différentes galeries. Sa "veste lumineuse" appartient à la collection permanente du musée Galliéra et seize des ses "photomontages", au musée d'Art moderne de la Ville de Paris.

A.B.-D., Dictionnaire international des Arts Appliqués et du Design, Édition du Regard - p.242

 

Michèle Gignoux est née le 21 avril 1944 à Lyon

- Atelier Charpentier à Paris
- Assistante photographe dans une agence de publicité
- Création tous azimuts « pop romantique » : design, mode, tampons, peinture
- Invente en 1967 le "cube-photo" en plexiglas
- Lauréate 1984 du concours de photomontage « Zig Zag »
- Depuis toujours photographe

 

 

 __________

 

 


"La fin du franc"

Qualifiée tour à tour de "magicienne du quotidien" et de "productrice de rêves", Michèle Gignoux nous enchante d'un univers à l'autre. C'est au cours de ses excursions nocturnes qu'elle découvre que la Banque de France détruit et jette nos si recherchés billets de banque. En récupérant ces confettis de billets, Michèle Gignoux rend avant tout hommage à notre monnaie, qui d'une année à l'autre devient désuète, dépassée par l'arrivée de l'Euro. Saint Exupéry, Eiffel, Cézanne, Pierre et Marie Curie, réduits en copeaux sans aucun adieu solennel, se retrouvent à l'état de déchets jetés sur les trottoirs. Le devenir de ces billets est tragique en ramassant ces sacs entiers de billets détruits, Michèle Gignoux court-circuite leur destination finale, celle de l'oubli, en leur donnant une deuxième vie.

Clarisse Lebas

 

 

__________

 



Principales expositions :

 

1973
"Accumulation de paquets de cigarettes", Galerie Axis, Paris, France
1974 "Chaises poèmes", Maison des Arts, Créteil, France
1980 "Chaises", Galerie Forain, Paris, France
1984
Photographies, Centre Culturel du Caire, Egypte
  "Electra-Modelectricité", Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, France
1986 Salon de Montrouge (16 photos et photomontages sur le Pont Neuf emballé par Christo), Fondation Nationale de la Photographie, Lyon, France
  "Furniture-Sculpture", Victoria Miro Gallerie, Londres, Angleterre
1989
Rétrospective, Galerie Franka Berndt Bastille, Paris, France
  "Chaise Vertige", Galerie Via, Paris, France
1993
Musée de la Poste, Paris, France
1995
Fondation Miro, Barcelone, Espagne
  "Quarante variations pour une histoire d'eau", Musée des Arts décoratifs, Paris, France
1998 Expositions à Turin et Saignon organisées par "Chambre de séjour avec vue"
1999 "Fenêtres fluo", installation in-situ, immeuble place Carnot, Apt, France
2002 "La fin du franc", Galerie Pascal Lainé, Avignon, France
2003 
"Gignoux Fluo" et "Le retour du franc", Galerie Jean Pierre Lavigne, Paris, France
  "Surprises", Athènes Millefiori Artspace, Grèce
2005
"Nuit Blanche", Espace Marianne Gray, Bruxelles, Belgique
2009 "Plus rien ne m'étonne", AFB - lieu d'art visuel, Apt, France
2010
"L'art se manifeste hors les murs", l'Atelier - lieu d'art visuel, Apt, France
2014 Michèle Gignoux... Déménage !, Hôtel Drouot, Paris, France

 

 

__________

 

 


Editions - Productions :


1969 Cube-Photo, Edition Bac Design, Paris
1974 Coussins “Pantalons”
1977-79 Broches, veste couvertes de broches, pot à crayons pour Axis
1980-82 Portraits aux tampons
1981 Cartes postales “Paris je t’aime”
1983 Cartes postales pour “Carte d’Art ”
1981-85 Objets fluorescents présentés à la lumière noire dans des boîtes, miroir-poèmes, pot de fleurs fluo avec statues, photomontages
1984 Modèle de chaussures pour Carel, étuis à lunettes pour Isal
1985 Table hexagonales avec cubes fluo, chaises Vertige
1987-88 Robots avec boites de conserve, porte mirroirs, queues de billard, vitrine fluo pour les galeries Beurdeley et Orient-Occident

 


Collections :

Musée Gallièra, Paris (une veste éclairée).
Musée d’Art moderne de la Ville de Paris (16 photomontages)
 

Collections particulières en France et à l'étranger.

 

 

__________

 

 

Une éducation traditionnelle avec pull bleu marine et jupe plissée, conduit souvent les jeunes filles de bonne famille à quelques excès. Michèle GIGNOUX a fait partie de cette “catégorie”, aussi n’est-il pas surprenant de la voir aujourd’hui attirée par les teintes vives qui l’ont irrésistiblement “FIXEE FLUO”.
Ce choix peut surprendre le commun des mortels mais chez Michèle GIGNOUX il correspond à une démarche artistique tout à fait cohérente.
Depuis 1980, le “fluo” s’est immiscé dans ses travaux, d’abord ”EN PETITE TOUCHE, PUIS DE TOUCHE EN COUCHE”
En 1982, elle associe ses recherches sur le “fluo” à la lumière noire. Ce nouvel élément lui permet de créer des oeuvres entièrement nouvelles et la renforce dans son intuition que ces couleurs devaient devenir sa forme d’expression absolue. Et depuis cette année 1982, le “fluo” est définitivement associé à Michèle GIGNOUX et Michèle GIGNOUX totalement dévouée au “fluo”.
Les couleurs fluorescentes deviennent donc les éléments centraux de toutes se créations. Elles s’imposent le jour et éclatent la nuit en lumière noire. Chaque tableau est double. Michèle GIGNOUX a naturellement trouvé le lien entre le Yin et le Yang. Ces teintes se sont imposées d’emblée et pendant des années lui ont permis d’évoluer jusqu’aux installations : Fondation MIRO, Musée de la Poste, Musée des Arts Décoratifs...
Ici, le trait de génie a été d’associer deux passions, une passion pour le “fluo” et une passion pour les mots et les phrases choc.
Michèle, en effet, toujours eu un réel engouement pour l’écriture. Mais très vite, elle a réalisé que chacun de ses lecteurs faisait une interprétation de ses écrits qui n’allait pas dans le sens souhaité. Elle a donc pour un temps réduit son expression écrite à une collection de mots, puis les mots sont devenus des phrases clés (ou à clés). Cela a donné naissance à partir de 1981, à une impressionnante collection de tampons.
Ce sont ces phrases qui maintenant animent ses “toiles-pavés” fluo. Les lettres et les mots ont leur vie propre. Leur taille et leur position dans la construction-toile donnent une signification particulière à la phrase et renforce toujours le message proposé.
L’un des messages dit: “TU NOUS EN FAIS VOIR DE TOUTES LES COULEURS” que peut-on ajouter à cela sinon que : “PLUS RIEN NE M’ETONNE”

Alain Teston - 1999

 

 

__________

 

 [...] En 1967, création du cadre-cube/photo.
cette invention est issue d'une nécessité pratique (comme beaucoup de créations postérieures) : celle d'associer des souvenirs, des émotions fugitives représentées par des images au sein d'une unité plastique présente et pérenne. Le cube-photo est donc un objet qui permet de reconstruire le passé, de le structurer selon une orientation actualisée [...]

Gladys Fabre "de l'oeuf au cube : poétique d'un cheminement " - in Michèle Gignoux - l'état des lieux    
     

 

 __________

 

 

"Mais à quoi rêve quelqu'un de créatif ? N'est-ce pas de trouver "la" chose originale, personnelle, unique, nouvelle mais en même temps totalement évidente, que personne n'avait eu l'idée de dessiner avant lui ? Quelque chose qui n'ait pas de nom et qui par son unique existence le crée ? Ambitieux me direz-vous ! ! En effet. La simplicité et le "Bon-sang mais c'est bien sûr !" c'est ce qu'il y a de plus difficile à faire.
Michèle Gignoux l'a déjà vécu, et à vingt ans en plus ! Vous souvenez-vous de ce cube en plexiglass qui, dans les années soixante, servait sur ses six faces de cadre, cet objet tout bête, tout beau et si simplement
évident ? Eh oui c'est elle".

Inès de la Fressange - Préface in Michèle Gignoux - l'état des lieux

 

 

__________

 

 

 

GIGNOUX déménage (2014)

 



 

 

 


Galerie d'Art contemporain Pascal Lainé à Ménerbes