Galerie d'Art contemporain Pascal Lainé à Ménerbes
Depuis 1988
Galerie d'Art contemporain Pascal Lainé à Ménerbes
Art contemporain, Galerie Pascal Lainé
20 ans 25 ans 4 en liberté Alechinsky Ambrose Belaiche Binder byLéon Cara Chandon Clément Clerté Conrad Cortot Coville Culot Degottex Derval Desailly Deymier Deyrolle Dhomme Di Stali Downing Drouillet Duminil Engelman Faury Ferrer Flamine Gérard Ghez Gignoux Glasberg groupe 2005 groupe 2007 groupe 2010 groupe 2011 groupe 2013 groupe 2014 groupe 2015 groupe 2016 Guillemot Hughes Jaccaud Johnson Junglas Klasen Krellenstein La Vista Laemlé Laruelle Leconte Mitev Leydier Leyris Lindström Loeb Maar Martens Marx Meyer Monboisset Monnier Olsen Parcours de sculptures 2013 Parcours de sculptures 2017 Polge Pons Prassinos Prével Renard Roy Salles Schlumberger Segui Serrano Silvester Steffens Steiner Tapernoux Thierry Thomas Trace de poète 2013 Van Der Stigghel Vasarely Viard Villeglé Woodward
Parcours de sculptures 2017 < >

Exposition du 15 avril au 30 septembre 2017
dans le village de Ménerbes

 

 

Pour fêter les 10 ans de la Galerie Pascal Lainé à Ménerbes, nous vous présentons pour la deuxième année consécutive un parcours de sculptures monumentales dans le village de Ménerbes. C'est dans ce magnifique village classé face au Luberon que nous accueillons dès le printemps les sculptures contemporaines de : Marc Nucera, Gabriel Sobin, Étienne Viard.

 

 


► Marc Nucera

 Né en 1966 à Châteaurenard, Marc Nucera vit et travaille à Noves dans le sud de la France.

Il y a dans le travail de Marc Nucera tant de richesse, tant d’histoires, de sensibilité et de sens, qu’on aurait peine à le définir. Architecte, paysagiste, artisan, penseur, sculpteur ? Peu importe. Son travail se situe au-delà de ces considérations, au-delà des cimes, entre ciel et terre.

Lorsqu’il était ouvrier agricole et se distinguait déjà par son habileté et le soin minutieux qu’il apportait à son travail, Marc Nucera ramenait de ses chantiers de gros blocs de bois, prélevés sur les troncs qu’il avait travaillés tout le jour durant. Ces cœurs d’arbres, il les empilait chez lui, sans trop savoir pourquoi. La découverte de Brancusi fut une révélation. L’essence de la matière, l’état primaire de la forme, se révélait à lui comme un art. Quelque chose que l’on pouvait prendre au sérieux, et pas le délire d’un élagueur, aussi talentueux soit-il. Initié à l’art contemporain par le paysagiste Alain-David Idoux, son maître, Marc puise son inspiration dans le land art de Robert Smithson et Richard Long, mais peut-être plus encore dans l’œuvre de Jean Arp ou de Louise Bourgeois. Pourtant, il ne brigue en aucun cas les cimaises de galeries ou de musées, ni la reconnaissance d’une certaine critique. Sa démarche évolue en fonction des sites sur lesquels il opère. Jamais préméditée, l’œuvre se conduit de façon intuitive, en contact avec un environnement chaque fois unique, un cadre végétal, minéral parfois, avec une histoire, et des gens.

 

 

► Gabriel Sobin


Gabriel Sobin vit et travaille dans le village de Lacoste depuis plusieurs années. Son père, né aux États-Unis, ami et traducteur de René Char avait déjà la passion pour le Luberon où il avait élu domicile. Une mère artiste peintre, un père écrivain, voilà qui va donner un sculpteur exceptionnel que vous pourrez apprécier lors de cette exposition.

Passionné d'égypte, Gabriel Sobin ne craint pas de se confronter aux matériaux les plus nobles, les plus difficiles, avec encore et toujours la pierre avec qui il entretient une véritable histoire d'amour. Gabriel Sobin nous fait découvrir une œuvre contemporaine faite d'éoliennes de marbre, des sculptures moyennes ou gigantesques à qui il sait donner une transparence, une fragilité émouvante. Pas de doute Gabriel Sobin mérite le détour.

 

 


Étienne Viard

Étienne Viard, né le 26 mars 1954, est un artiste, sculpteur. Il vit et travaille dans le Vaucluse.
Autodidacte, Étienne Viard s’intéresse d’abord à la céramique, puis, se consacre à la sculpture, travaillant notamment l'acier Corten.
Chaque pièce est issue d’une longue réflexion consolidée par des dessins, des découpages, des maquettes en préalable à l’œuvre. L’acier en barre ou en feuilles épaisses est découpé puis modelé, puis plié à froid. Les lignes verticales dominent, fortes et souples, évoquant le végétal. Elles laissent s’insinuer la lumière qui rythme et souligne les volumes, ouvrant l’espace, vers l’horizontale.