Galerie d'Art contemporain Pascal Lainé à Ménerbes
Depuis 1988
Galerie d'Art contemporain Pascal Lainé à Ménerbes
Art contemporain, Galerie Pascal Lainé
20 ans 25 ans 4 en liberté Alechinsky Ambrose Belaiche Binder byLéon Cara Chandon Clément Clerté Conrad Cortot Coville Culot Degottex Derval Desailly Deymier Deyrolle Dhomme Di Stali Downing Drouillet Duminil Engelman Faury Ferrer Flamine Gérard Ghez Gignoux Glasberg groupe 2005 groupe 2007 groupe 2010 groupe 2011 groupe 2013 groupe 2014 groupe 2015 groupe 2016 Guillemot Hughes Jaccaud Johnson Junglas Klasen Krellenstein La Vista Laemlé Laruelle Leconte Mitev Leydier Leyris Lindström Loeb Maar Martens Marx Meyer Monboisset Monnier Olsen Parcours de sculptures 2013 Parcours de sculptures 2017 Polge Pons Prassinos Prével Renard Roy Salles Schlumberger Segui Serrano Silvester Steffens Steiner Tapernoux Thierry Thomas Trace de poète 2013 Van Der Stigghel Vasarely Viard Villeglé Woodward
Trace de poète 2013 < >

"Plus loin que l'horizon" lectures de Olivier Bastide, Benoît Chérel, Dominique Sorrente, Henri Tramoy et Sylviane Werner Ménerbes 11 juin 2013 à 18h30


 

 



Un dialogue entre poèsie, philosophie, musique et arts plastiques

Depuis 1997, "trace de poète" se déroule chaque année à L’Isle-sur-la-Sorgue et ses environs pendant la première quinzaine de juin.
Ville de René Char, qui entretint tout au long de son œuvre poétique un rapport étroit avec ses amis peintres, les "Alliés Substantiels", et qui organisa les rencontres philosophiques du Thor avec Martin Heidegger, L’Isle-sur-la-Sorgue était un lieu tout désigné.
Articulée autour d’une exposition, de conférences et de lectures, "trace de poète" reprend chaque année ce dialogue entre la poésie, les arts plastiques, la philosophie, et aussi la musique.
Un thème différent tisse un fil rouge pour chaque manifestation, mais le chemin est parfois buissonnier le long du fil…
L’exposition est essentiellement tournée vers la gravure, l’estampe, le livre d’artiste, mais pas seulement…
Les constantes sont la recherche de qualité, la curiosité, le désir de rencontre…

 

 

__________

 

 


Voici le quatrième et dernier volet de la participation du Scriptorium au festival Trace de poète 2013. Cette fois, il s’agira d’une lecture d’une voix à l’autre à la galerie Pascal Lainé à Ménerbes le mardi 11 juin à 18h30. Cinq auteurs proposeront de croiser leurs textes pour faire circuler la parole poétique dans ses variations et ses "fragmentaires". Olivier Bastide, Benoît Chérel, Dominique Sorrente, Henri Tramoy et Sylviane Werner formeront le quintette inédit de ce moment propice à des échanges imprévus.
Outre leurs œuvres personnelles, les poètes qui participent à cette rencontre ont tous pour caractéristiques de s’impliquer dans des projets à forte teneur collective en faveur de la poésie : l’association éditrice Soleils et Cendre, les éditions Sillages, et le Scriptorium.
Une façon de voir à plusieurs yeux "plus loin que l’horizon" … et de se laisser entendre dire : "J’habite un pays étonné. Suspendu entre l’aube et le hasard. Où les hommes blessés improvisent des chants de haute vague…".

Sylviane Werner

 

 

__________

 

 


Il y a, dans ces fragmentaires, la parenté des origines et des sédiments. Ils sont le cœur des choses, son émergence encore.
S’il semble nécessaire d’en estimer les possibles soleils, il faut aussi les lire dans l’étroitesse intime, dans leur matière même et leur étrangeté.

Olivier Bastide (extrait de Fragmentaires,
Éditions de l'Atlantique, 2012)

  

__________

 


Fréquemment, je les observe.
Naïves créatures échouées au bord d’un monde étranger à leurs projets, ils conjuguent à l'envi le mystère des jeux et la liberté innocente. Au sein de leur petite société, les entraides se font et se défont. Parfois, un essaim poursuit sa proie et tant pis pour le faible. Il sera peut‐être sauvé par un rapporteur patenté, évitant ainsi le pogrom.
Car c'est ici qu'ils germent et se bâtissent : les courageux, les couards, les violents, les peureux, les plaintifs, les hypocrites, les naïfs, les menteurs, les pleureurs et les délateurs. C’est beau et à la fois insupportable le sourire lesté de satisfaction d’un délateur qui vient accuser pour que l’on crucifie sans procès sa victime. Je le vois venir de loin et d’un geste de la main lui conseille le demi‐tour. D’autres avant eux ont trop rempli de morts d’interminables trains. […]

Benoît Chérel (extrait de Palestines, Sillages
Éditions, 2012)
 

 

 __________

 

 

 

Puis il y a la voix qui tousse à la fontaine.
Puis les rois mages du silence dans leur tournée, l’été de mélancolie au jardin, l’ombre d’or de l’enfance.
Quand Dieu prend la place d’un brin d’herbe ou se glisse dans un poisson d’argent.
Puis, l’univers qui entre dans son trou.
Et le crieur public qui fait l’annonce : la dernière chance sera toujours de vivre.
Le fleuve est un dimanche sur la terre du commencement.

Dominique Sorrente
(extrait de C'est bien ici la terre,
Éditions MLD, 2012)

 

 

__________

 

 



Un mistral furieux, comme si depuis plusieurs jours le mystère d'une Provence démembrée accouchait d'un nulle part où tout le paysage s'absorbe, avec ce goût de sel de sable et d'aromates soufflé à la face du monde, comme avant le passage de l'orage, l'oreille scellée, l'haleine brune des saisons rebelles, un vent témoin, témoin des noces et des négoces, des rites anciens ramenés en surface, avec au seuil des femmes offertes à ses réseaux à ses alcools, filant sous le coutil l'amande de leur sexe, avec aux cils l'image d'un homme grave gravissant l'étrange confusion qui habite leur front, un vent de désordre des coeurs et des corps battants […]

Henri Tramoy (extrait de Mistral,
Éditions Les Solicendristes, 1997)

 

 

__________

 

 


J’habite un pays étonné. Suspendu entre l’aube et le hasard. Où les hommes blessés improvisent des chants de haute vague.
La lune serait-elle maîtresse du jeu ?
Stupéfiant les cyprès, confondant l’impossible.
Mes mots roulent au battant du dire, s’offrent aux pinsons pour d’autres tessitures.
Les lettres s’accouplent dans d’autres champs, d’autres dunes.
J’habite un pays égaré.
L’ivraie juste sous mes fenêtres.
Il n’y a corde à mon arc, mais si tendues pour qui veut s’y pendre.
Juste entre mes doigts se plisse un paysage. Esquisse d’hymen-fourragère.
Temps blafard. L’effroi seul altère mes déserts, ne garantit pas l’insolence des lianes.
Le ciel, à tenir les étoiles, s’est fourvoyé dans les roseaux.

Sylviane Werner (extrait de Lettre à Nu -
Éditions Les Solicendristes, 2013)

 

 

 

 

 

 

Trace de poète 2013 se déroulera du 23 mai au 16 juin à L’Isle-sur-la-Sorgue, Cabrières-d’Avignon, Coustellet, Ménerbes et Pernes-les-Fontaines. Pour plus d'informations sur cette nouvelle édition consultez le site : http://tracedepoete.fr